Cucu, Claire Castillon

« Je m’appelle Lilas Fleury, j’ai onze ans, j’entre en sixième et je ne suis plus un bébé. J’ai un grand frère un peu fleur bleue, une sœur qui s’habille d’un tutu et des parents qui se chicanent ; à la maison ce n’est pas toujours joli-joli. Je suis amoureuse en secret de Clovis Buzenval, le fils de la gardienne, mais je ne suis pas du tout gnangnan. J’ai des amies à épater, et je vais organiser en février un dîner de classe exceptionnel qui changera ma vie sans chichis. Parce que les choses doivent changer. Parce que je vais grandir. Alors surtout, surtout, n’allez pas croire que je sois cucu. »

Cucu est un roman pour les enfants dès 9 ans. Il raconte à la première personne l’histoire d’ une petite fille qui vit avec sa famille qu’elle aime… Même si ce n’est pas toujours rose. Ses parents se disputent tout le temps, son grand frère et sa grande sœur ne sont pas toujours sympas… Et pourtant le monde de Lilas est vraiment rose… il est même cucu… cucu la praline ! Car chez Lilas il y a des napperons, des rideaux pailletés, des maisons de poupées, des bibelots de chatons…

Et voilà que Lilas en a assez du cucu. Mais elle ne veut pas faire de peine à sa maman ni bousculer tout son quotidien – après tout, elle sera toujours un peu cucu ! – alors elle décide de changer les choses en douceur; Déjà il va falloir organiser le dîner de classe qui aura lieu chez elle : pas question d’accueillir ses camarades dans un univers cucu la praline ! Heureusement, Lilas peut compter sur sa copine Toscane, plus habituée à un univers « tout en blanc et en vide ». Et puis, il y a Clovis aussi, le garçon d’à côté, dont Lilas est amoureuse…

J’ai beaucoup aimé ce livre pour l’histoire simple et adorable. J’ai surtout adoré la façon dont s’exprime Lilas ! Elle manipule les mots, ses mots d’enfants, avec grâce et sensibilité, pour apaiser ses chagrins, raconter ses bonheurs, et son quotidien.


Quelques extraits :

« Nous partirons ensemble, notre tente sur le dos. Nous emporterons une piscine en plastique dans laquelle nous feros fondre de la neige et nous nous baignerons tranquillement au milieu des élans, des cerfs, des marmotes et des chevreuiils. »

« Elle va m’en mettre plein la vue avec son vide, mais moi, je compte lui en mettre plein les oreilles avec mon coeur plein. »

« Mon plein est lourd à porter. »

« Je l’aime parce que je sens que je peux lui confier mes secrets sans qu’elle ne me les vole ni me jalouse. »

« Elle est une orchidée plantée dans une forêt de troncs morts; »

« Elle a déjà préparé des petits sandwich du dimanche soir en forme de solitudes. »

« L’aiguille de ma petite balance adopte la forme d’un point d’interrogation. Mon bon fond prend le dessus et mon aiguille bascule à gauche, côté coeur. »

 

Cucu, de Claire Castillon, illustration de couverture de Séverin Millet, chez L’école des loisirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *