Par-delà les steppes, je te retrouverai

ISBN : 2747035166 Éditeur : Bayard Jeunesse (2014)

A la mort de sa mère, Dashti l’errante, des peuples nomades des longues steppes des Huit Royaumes, rejoint le service de l’honorée Dame Saren du Jardin de Titor. Mais celle-ci, s’étant déjà promise à Khan Tégus de Chanson pour Evéla, est condamnée à être enfermée dans une tour pour les sept années à venir parce qu’elle a refusé d’épouser le violent Seigneur Khasar du Royaume des Pensées d’Endessous. Dashti, toute dévouée à sa maitresse, est la seule à accepter de renoncer au soleil pour suivre Saren dans cette tour-tombeau. La nuit où Tégus parvient à s’introduire près de la tour de sa dame, Saren, tétanisée, ordonne à Dashti de se faire passer pour elle…

Shannon Hale, dont l’oeuvre est plus connu chez les anglophones, écrit avec Par-delà les steppes… un bien joli petit roman, réecriture du conte Demoiselle Méline, la princesse des frères Grimm. Cependant, malgré une histoire plaisante, je suis déçue d’un roman qui ne tient pas ses promesses. Avec sa jolie couverture inondée de soleil et le titre donnée par l’édition française, le titre original étant A book of thousand days (Le livre des milles jours), je m’attendais à un voyage passionnant pour retrouver un amour perdu, à travers des paysages sauvages. Que nenni. On suit en réalité les pensées de Dashti dans ce qui s’apparente à un journal intime, et l’on se sent aussi enfermée que les deux jeunes femmes. De plus, le résumé proposé par la quatrième de couverture mettant en avant Saren, j’ai regretté que son personnage ne nous soit pas plus connu, plus proche, en même temps que j’aurais aimé qu’elle le soit aussi de sa servante. Cependant il ne faut pas être trop injuste, et le récit est étonnant, intriguant, et dépaysant. L’histoire se déroule dans la Mongolie médiévale et s’inscrit dans une mythologie inventée qui fait vraiment tenir le récit et lui donne une certaine magie.  On est ainsi renvoyés à une toute autre époque, à un tout autre pays, et à une façon de penser un peu différente. La narration est illustrée de charmants dessins au crayon de Dashti. En voici quelques uns :

 

                                   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *