Le tatoueur du ciel, Hubert Ben Kemoun et David Sala

« Un jour, profitant de l’absence de son père le grand sultan Naboka, Nabo junior ordonna de faire chasse les nuages. Bientôt le jeune homme, assoiffé de pouvoir, exige que l’on arrête la pluie et que l’on fasse disparaître les oiseaux. De caprices en caprices, cet apprenti tyran tatoue le ciel d’un immense arc-en-ciel en tissu. A son retour, le grand sultan découvre avec stupeur que ses sujets sont nus, les maisons détruites, la nature vidée. « Celui qui a détruit peut réparer ». Il nommera son fils sultan de ce royaume dévasté et lui ordonnera de tout reconstruire de ses propres mains. »

Hubert Ben Kemoun et David Sala (un illustrateur très talentueux) nous offrent là un conte oriental de toute beauté. Les caprices du jeune prince nous glacent le dos, tant il dévaste tout de sa petite voix enfantine. Mais ce qu’il a détruit en si peu de temps, il devra le reconstruire au fil se toute sa vie, apprenant que les couleurs du monde sont belles, que le chant des oiseaux est doux, et qu’un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, la première étant de faire le bien autour de soi en protégeant la vie qui nous entoure.

Le tatoueur du ciel, Hubert Ben Kemoun et David Sala, chez Casterman dans la collection des albums Duculot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *